Grippe aviaire : tous les canards des Landes vont être abattus

Grippe aviaire : tous les canards des Landes vont être abattus

Les 600 000 canards d’élevage encore vivants dans les Landes vont être abattus pour tenter d’éradiquer l’épidémie de grippe aviaire.

Les canards d’élevage encore vivants dans les Landes vont être abattus pour tenter d’éradiquer l’épidémie de grippe aviaire, a annoncé mardi 21 février le ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, à l’antenne de France Bleu Gascogne.

« On a déjà abattu beaucoup de canards sur la partie est du département, on sait qu’il reste une zone sur laquelle on va agir pour abattre l’ensemble des canards pour essayer de stabiliser cette zone », a déclaré M. Le Foll, après avoir répondu par l’affirmative lorsqu’on lui demandait s’il faudrait abattre les 600 000 canards du département.

Le ministre doit se rendre mardi après-midi à Mont-de-Marsan, dans le département. « Il ne reste plus que cette partie ouest qu’il faut qu’on traite, malheureusement, a-t-il ajouté. Il va falloir aller vite dans l’abattage des canards pour qu’on puisse avoir une stabilisation de l’ensemble de la zone, c’est ça l’objectif. »

Lire aussi :   Les éleveurs de canards s’interrogent sur l’organisation de leur filière

Il a ensuite évoqué la mise en place de « zones de protection dans lesquelles on va éviter les réimplantations de canards et les mouvements de canards ». Le ministre espère ainsi faire « action de prophylaxie » (prévenir l’extension de l’épizootie) et « bâtir ensuite une reprise de la production, à des délais qui vont être à affiner avec les professionnels mais ça prendra plusieurs semaines ».

L’Etat promet des aides

La FDSEA des Landes, branche départementale du principal syndicat agricole, la FNSEA, s’était dite jeudi 16 favorable à un abattage total des canards avec vide sanitaire pour lutter contre le virus de la grippe aviaire, estimant que les mesures prises jusque-là étaient « dans l’impasse », comme le montre la multiplication des cas de H5N8 dans le Sud-Ouest.

Selon le plus récent bilan du ministère daté du 20 février, 306 foyers ont été repérés dans des élevages depuis le début de l’épizootie. Le département des Landes, où est produit environ 25 % du foie gras français, est le plus touché par le virus H5N8 avec 151 cas, devant le Gers (94) et les Hautes-Pyrénées (25). Par ailleurs 28 cas ont été découverts dans la faune sauvage dont 7 dans le Gers et autant dans l’Ain. (..)

Lire la suite : Grippe aviaire : tous les canards des Landes vont être abattus

Des traces d’iode radioactif détectées dans l’air ambiant en Europe

Des traces d’iode radioactif détectées dans l’air ambiant en Europe

La présence de ce radioélement a été mesurée, en janvier, dans plusieurs pays dont la France, à des niveaux sans risque pour la santé.

« De l’iode 131, radionucléide d’origine artificielle, a été détecté, courant janvier 2017, à l’état de traces dans l’air au niveau du sol en Europe. » L’annonce, faite le 13 février, dans un communiqué, par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) français, n’a guère fait de bruit. Sans doute parce que les niveaux mesurés sont « sans aucune conséquence sanitaire ». Il n’en reste pas moins que cette contamination, même très faible, reste un événement rare dont la cause n’a pas encore été élucidée.

Les données recueillies proviennent d’un réseau européen d’experts, Ring of Five, qui compte un peu plus d’une centaine de stations de mesures et auquel l’IRSN participe. Le premier signalement de la présence d’iode radioactif a été fait au cours de la deuxième semaine de janvier, dans l’extrême nord de la Norvège. Dans les semaines suivantes, jusqu’à la fin du mois de janvier, ce radioélément a aussi été décelé dans l’air ambiant en Finlande, en Pologne, en République tchèque, en Allemagne, en France et en Espagne.

Les teneurs mesurées dans les filtres à air des stations de collecte d’aérosols sont infimes, de l’ordre de quelques microbecquerels par mètre cube d’air (µBq/m3). Les plus élevées ont été décelées en Pologne près de Varsovie (5,9 µBq/m3), les autres valeurs s’étageant entre 0,1 et 1,3 µBq/m3. En France, les analyses faites dans trois stations du réseau Opera-Air de l’IRSN, dans l’Essonne, en Côte-d’Or et dans le Puy de Dôme, révèlent des concentrations comprises entre 0,1 et 0,31 µBq/m3.

« Teneurs anecdotiques »

L’institut français précise que ces mesures ne portent que sur « la fraction particulaire de l’iode », qui se fixe sur les aérosols et peut être ainsi piégée dans les filtres, et non pas sur la fraction gazeuse, qui est « 3 à 5 fois » plus importante mais qui est plus difficile à détecter. Au total, gaz et aérosols confondus, le niveau mesuré en France est donc estimé « au plus à 1,5 µBq/m».

« D’un point de vue sanitaire, ces teneurs sont anecdotiques », précise au Monde Jérôme Joly, directeur général adjoint de l’IRSN chargé de la radioprotection. A titre de comparaison, elles sont de l’ordre du millième de celles relevées en France après l’accident de Fukushima du 11 mars 2011. Et du millionième de celles que l’on trouvait dans le « nuage » radioactif de Tchernobyl qui avait traversé l’Hexagone entre le 30 avril et le 5 mai 1986.

Mais d’où vient ce radionucléide voyageur ? L’iode 131 est un radioélément artificiel, dont la présence peut avoir plusieurs origines, accidentelles ou non. Il est notamment produit par la réaction de fission dans les réacteurs nucléaires, mais aussi, à des fins médicales de diagnostic par imagerie ou de radiothérapie, dans des centres spécialisés.

La source « reste à identifier »

« Des mesures effectuées dans l’est de l’Europe montrent que l’on a pas trouvé trace d’autres produits de fission, comme du césium radioactif, qui auraient été présents eux aussi dans l’air dans le cas d’un rejet accidentel provenant d’un réacteur nucléaire, déclare M. Joly. L’hypothèse la plus probable est que la source soit une usine de production de radioéléments à usage radiopharmaceutique ou radiothérapeutique. » Cette source, ajoute-t-il, « se trouve vraisemblablement en Europe de l’Est, mais elle reste à identifier ».

Pour la localiser, les experts doivent procéder à des calculs de « rétrotrajectoires », en retraçant les mouvements des masses d’air. Un élément est en tout cas acquis : le rejet d’iode 131, dont on ne sait pas pour l’instant s’il a été ponctuel ou s’il s’est étalé sur une période de temps plus importante, est relativement récent. En effet, ce radioélément a une vie courte : sa période est d’environ huit jours, ce qui signifie que sa radioactivité décroit de moitié tous les huit jours et qu’il a totalement disparu au bout de quatre-vingts jours.

Une autre possibilité existe. « De nombreuses installations en Europe et dans les pays voisins sont autorisées à rejeter de l’iode 131 dans l’atmosphère, rappelle la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), dans un communiqué daté du 14 février. Il s’agit par exemple des installations liées à la production d’électricité d’origine nucléaire (centrales électronucléaires, usines de retraitement, etc.), mais aussi des installations liées à l’utilisation d’iode 131 dans le domaine médical (réacteurs de production d’isotopes, services de médecine nucléaire, incinérateurs de déchets divers, etc.). » (..)

 

Lire la suite : Des traces d’iode radioactif détectées dans l’air ambiant en Europe Le Monde

Les trois vaccins obligatoires doivent être disponibles sans association avec d’autres

Les trois vaccins obligatoires doivent être disponibles sans association avec d’autres

Le Conseil d’Etat enjoint au ministère de la santé de prendre des mesures pour rendre disponibles les vaccins obligatoires contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

Les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), les seuls à être obligatoires en France pour les enfants de moins de 18 mois, doivent être disponibles sans association avec d’autres vaccins, a estimé mercredi 8 février le Conseil d’Etat.

La plus haute juridiction administrative « enjoint au ministre chargé de la santé de prendre des mesures pour rendre disponibles » les vaccins DTP sous cette seule forme, alors que les laboratoires l’associent actuellement à d’autres vaccins « fortement recommandés », dans des vaccins polyvalents, vendus plus chers.

Lire aussi :   L’Etat bientôt contraint d’assurer la disponibilité des seuls vaccins obligatoires ?

Délai de six mois

Actuellement, « aucun vaccin ne correspondant à ces seules obligations n’est commercialisé en France », relève dans sa décision le Conseil d’Etat. Il avait été saisi par des réquérants qui avaient préalablement fait cette demande au ministère chargé de la santé – lequel avait refusé.

La juridiction a écarté leur argumentation sur « les risques allégués des vaccinations non obligatoires associées aux trois vaccinations obligatoires », estimant que « ces vaccinations complémentaires sont recommandées ». Mais elle a jugé que « la loi, qui n’impose que trois obligations de vaccination, implique nécessairement qu’il soit possible de s’y conformer en usant de vaccins qui ne contiennent que ces trois vaccinations ». Pour cela, « le Conseil d’Etat en déduit que le ministre devait faire usage des pouvoirs dont il dispose pour rendre disponibles de tels vaccins » (…)

Lire la suite : Les trois vaccins obligatoires doivent être disponibles sans association avec d’autres

L’irrésistible expansion de l’agriculture biologique

L’irrésistible expansion de l’agriculture biologique

La part de l’alimentation bio, sans produits phytosanitaires ni OGM, a bondi de 20 % en 2016 et les surfaces cultivées en bio ont progressé de 16 %.

Le bio a le vent en poupe. Les chiffres publiés mardi 21 février par l’Agence Bio, qui qualifie l’année 2016 d’« historique », le prouvent. Selon le groupement d’intérêt public, la part de l’alimentation bio a bondi de 20 % en un an dans le panier du consommateur. Au total, les consommateurs de l’Hexagone ont déboursé 7 milliards d’euros pour s’offrir des produits labellisés sans produits phytosanitaires ni OGM. Au même moment, les candidats se bousculaient au portillon pour se convertir à cette agriculture respectueuse de l’environnement.

Selon l’Agence Bio, le nombre d’exploitants agricoles autorisés à accoler le sigle de la feuille verte sur leur production a progressé de 12 % en un an pour atteindre le nombre de 32 326. Mieux, la surface agricole engagée dans l’agriculture biologique a augmenté de 16 % en 2016 et totalise ainsi plus de 1,5 million d’hectares. Ce qui représente désormais 5,7 % de la surface agricole utile.

La crise qui a secoué ces deux dernières années des pans entiers de l’agriculture française explique en partie cet afflux de conversions. La chute du prix du lait et de la viande a convaincu nombre d’éleveurs de franchir le pas. La démarche concerne également les céréaliers, touchés eux aussi par des cours flageolants et par une dernière moisson plus que maigrelette. Tous souhaitent renouer avec des prix rémunérateurs, quitte à revoir de fond en comble leur modèle de production.

Lire aussi :   L’industrie alimentaire se détourne en masse des œufs de poules en cage

« Phénomène de voisinage »

Autre catalyseur de la dynamique : la structuration de filières. A l’exemple de Biolait. Constituée à l’origine par quelques éleveurs laitiers, la société collecte aujourd’hui le lait de 1 000 fermes réparties sur le territoire. Et un litre de lait bio sur trois produits en France passe entre ses mains. La mise à disposition d’outils de stockage et de transformation dans le secteur des céréales donne maintenant l’élan dans les grandes cultures.

L’effet d’entraînement compte également. « Il y a un phénomène de voisinage. Quand un agriculteur se convertit au bio, ses voisins s’interrogent et sont tentés de suivre l’exemple », explique Florent Guhl, directeur de l’Agence Bio. D’ailleurs, les régions les plus dynamiques sont celles où l’agriculture bio est déjà la plus enracinée, à l’exemple de l’Occitanie. « A l’inverse, le Grand Est, hors Alsace, les Hauts-de-France et l’Ile-de-France restent en retrait », analyse M. Guhl.

L’effet d’entraînement joue aussi son rôle dans le développement de la consommation. Selon les résultats d’un sondage commandé par l’Agence Bio, 7 Français sur 10 déclarent acheter régulièrement des produits bio. Avec, par ordre de préférence, les fruits et légumes, le lait et les produits laitiers, les œufs, l’épicerie puis la viande. A souligner que pour les deux tiers des personnes interrogées, la santé est l’argument prioritaire dans leur choix, devant les considérations environnementales. Ce bond de la vente des produits bio en France doit beaucoup à la ruée des grandes enseignes vers ce marché lucratif, mais aussi au développement des enseignes spécialisées comme Biocoop, La Vie claire, Bio c’ Bon… Cet appétit des Français a de quoi rassurer tous ceux qui pouvaient s’inquiéter des débouchés avec l’afflux des conversions agricoles.

Lire aussi :   Le contrôle annuel des fermes bio, un garde-fou nécessaire mais menacé

Victime de son succès ?

Pour autant, tous les voyants sont-ils au vert pour l’agriculture bio en France ? Rien n’est moins sûr. L’inquiétude est grande dans les rangs des agriculteurs. En cause, le véritable casse-tête du versement des aides. « Qui veut casser la dynamique de l’agriculture bio française ? », s’interroge la Fédération nationale d’agriculture biologique et de régions de France (FNAB), dans un communiqué publié jeudi 16 février. Et d’expliquer que les aides à la conversion et au maintien, les deux formes de subsides qui soutiennent le secteur, dues pour les années 2015 et 2016, n’ont pas été versées. Soit deux années de retard. Des avances ont été distribuées, mais le flou est total. (..)

Lire la suite : L’irrésistible expansion de l’agriculture biologique Le Monde

Hamon veut interdire les perturbateurs endocriniens dans l’alimentation

Hamon veut interdire les perturbateurs endocriniens dans l’alimentation

Benoît Hamon a présenté lundi en Seine-et-Marne un « plan pour une alimentation de qualité » en dix mesures, qui prévoit notamment d’interdire « les perturbateurs endocriniens, les nanoparticules et les pesticides dangereux » dans l’alimentation.

Le candidat socialiste à la présidentielle, qui a fait de l’environnement et de la lutte contre les « perturbateurs endocriniens » un axe fort de sa campagne, a creusé son sillon écologique en présentant ce plan à la ferme bio de Châtenoy, où il s’est prêté au jeu des photographes, un agneau dans les bras.

Parmi les dix propositions de M. Hamon, l’interdiction, en vertu du « principe de précaution », des perturbateurs endocriniens, nanoparticules et pesticides dangereux dans l’alimentation.

Et « pour que (cette interdiction) ne mette pas en danger nos agriculteurs », il a promis d’interdire l’importation de « produits fabriqués avec ces mêmes pesticides ». « Il ne serait pas logique d’imposer des règles du jeu à nos agriculteurs et d’accepter que l’on continue à importer sur les marchés français des produits maraichers fabriqués dans des conditions que nous jugeons dangereuses pour la santé publique », a-t-il justifié.

Autres mesures saillantes: l’homologation des pesticides par le ministère de la Santé, qui devra prendre en compte les « mélanges effectivement commercialisés » et non « les molécules prises séparément », en raison des effets cocktail; l’approvisionnement en bio des cantines à hauteur de 50% d’ici à 2025; la mise en place de « rémunérations pour services environnementaux » des agriculteurs; l’installation d’un Comité national d’éthique des abattoirs.

Afin de soutenir les filières « bio et équitables », l’ancien ministre de l’Économie sociale et solidaire entend étudier « la possibilité d’instaurer des prix planchers au niveau européen sur le modèle du commerce équitable ».

Il veut aussi voir aboutir le chantier de l’étiquetage nutritionnel, et s’engage, si le gouvernement n’y parvient pas avant la fin du quinquennat, à reprendre le flambeau sans « céder aux lobbies dans ce domaine ». (..)

Lire la suite : Hamon veut interdire les perturbateurs endocriniens dans l’alimentation | LCP Assemblée nationale

«À bout de souffle», les hôpitaux en appellent aux candidats à la présidentielle

«À bout de souffle», les hôpitaux en appellent aux candidats à la présidentielle

La Fédération hospitalière de France a présenté vendredi des propositions à destination des candidats à la présidentielle.

À quelques semaines des élections présidentielles, la Fédération hospitalière de France (FHF) dévoile ses propositions pour «sauver» l’hôpital alors que la tension monte dans les établissements publics. «Il est devenu urgent d’en finir avec la politique des économies au rabot, conduite au coup par coup, sans réorganisation globale» dénonce la Fédération, en référence aux efforts demandés depuis 2015 aux hôpitaux de réaliser 3 milliards d’euros d’économies sur trois ans. Porte-parole de 1000 hôpitaux et 3800 établissements médico-sociaux publics, la FHF dresse une liste de priorités et fait des propositions aux candidats. En voici les grandes lignes.

● Revoir l’organisation du temps de travail

Services des urgences saturés et conditions de travail jugées insupportables, aujourd’hui, le personnel hospitalier est au bord du burn-out. À Dreux, onze médecins urgentistes, à bout, ont présenté leur démission collective. Pour donner plus de souplesse à des hôpitaux «à bout de souffle», désorganisés par la réforme des 35 heures, selon la FHF, l’organisme préconise «d’introduire au niveau législatif un dispositif d’autonomie avancée».

Dans ce cadre, les personnels pourraient choisir un nouveau mode d’exercice «combinant augmentation de la durée de travail et renforcement de l’attractivité des rémunérations», afin notamment d’exercer dans plusieurs établissements de leur groupement hospitalier de territoire (GHT).

Pour lutter contre l’absentéisme dans l’hôpital public, la FHF plaide par ailleurs pour le retour du jour de carence (le laps de temps durant lequel un salarié malade n’est pas indemnisé par la Sécurité sociale: un jour dans le public) supprimé en 2014. Une enquête du Figaro révélait en avril dernier que dans 22 établissements, les agents enchaînent 30 jours ou plus d’arrêts maladie, contre 23,8 en moyenne dans les autres.

» Lire aussi – Comment les 35 heures ont abîmé l’organisation du travail à l’AP-HP

● Revoir les modes de financement des hôpitaux

Actuellement, les hôpitaux publics, comme les cliniques, sont principalement rémunérés «à l’activité», par la «tarification à l’activité» (T2A). Le principe est simple: à chaque soin ou acte médical correspond un tarif. Mais dans la pratique, le système est éminemment complexe. Il existe aujourd’hui 2500 tarifs et la manière dont ceux-ci sont fixés reste en partie obscure.

Pour «mettre fin à la course aux actes parfois constatée» – près de 30% des actes médicaux ne seraient pas pleinement justifiés» d’après la FHF – la Fédération plaide pour un mode un financement tenant mieux compte de la précarité des patients accueillis dans le public, notamment les «maladies au long cours». Elle propose de régionaliser les dépenses d’assurance maladie. Elle préconise aussi une réforme de l’investissement hospitalier. «L’hôpital, pour être doté des meilleurs médecins, doit également disposer des meilleurs équipements et des meilleures structures.»

● Lutter contre les déserts médicaux

L’hôpital public souffre d’une désaffection. Les professionnels préfèrent souvent exercer dans le privé. Pour enrayer la pénurie de praticiens dans les hôpitaux publics – le recours onéreux à l’intérim – la Fédération propose de plafonner les rémunérations dans le privé ou encore de créer «un opérateur d’intérim parapublic à honoraires maîtrisés». Elle suggère aussi d’empêcher les médecins libéraux qui pratiquent des dépassements d’honoraires de s’installer dans les zones sur-denses. (..)

 

Lire la suite : «À bout de souffle», les hôpitaux en appellent aux candidats à la présidentielle Le Figaro Santé

Prêts bancaires : le « droit à l’oubli » entre en vigueur pour les anciens malades du cancer

Prêts bancaires : le « droit à l’oubli » entre en vigueur pour les anciens malades du cancer

Ils n’auront plus à déclarer leur ancienne pathologie à l’issue d’un délai de dix ans après la fin de leur traitement et sans rechute.

Le « droit à l’oubli », permettant aux personnes ayant été atteintes de cancers et de l’hépatite C de ne plus le mentionner lors d’une demande d’assurance emprunteur, est entré en vigueur mardi 14 février, avec la publication du décret au Journal officiel.

Principaux concernés, les anciens malades du cancer n’auront plus à déclarer leur ancienne pathologie à l’issue d’un délai de dix ans après la fin de leur traitement et sans rechute. Ce délai est ramené à cinq ans pour les cancers diagnostiqués avant l’âge de la majorité (18 ans), indiquent dans un communiqué conjoint les ministères de l’économie et de la santé.

Adoption d’une grille de référence

En outre, la loi a consacré l’adoption d’une « grille de référence » qui fixe, pathologie par pathologie, le délai au terme duquel les anciens malades peuvent souscrire un contrat d’assurance sans surprime, ni exclusion de garantie, aux mêmes conditions que les personnes n’ayant pas été affectées par l’une de ces maladies.

Selon les types d’affection et la gravité de l’ancienne pathologie, ces délais sont compris entre quarante-huit semaines, pour les malades guéris de l’hépatite virale, et dix ans pour certains types de cancers. (…)

Lire la suite : Prêts : le « droit à l’oubli » entre en vigueur pour les anciens malades du cancer Le Monde