Sibérie : des rennes décimés par une épidémie d’anthrax, toute une région en quarantaine

Sibérie : des rennes décimés par une épidémie d’anthrax, toute une région en quarantaine

Un enfant mort. Des dizaines de personnes hospitalisées. Une population mise en quarantaine. Des troupeaux de rennes décimés… Que se passe-t-il dans le Grand Nord russe ?

Cette année, l’été est particulièrement chaud en Sibérie. Les températures moyennes avoisinent les 35 degrés – contre 17 habituellement à la même saison. Résultat, une couche de terre, le pergélisol, censé être gelé en permanence, est en train de dégeler. Les conséquences sont inquiétantes. Car en se réchauffant, la terre libère une bactérie destructrice, la Bacillius anthracis, autrement dit, l’anthrax, une infection aiguë qui touche aussi bien l’animal que l’homme – c’est aussi une arme bactériologique, qui a été particulièrement médiatisée après l’envoi d’enveloppes contaminées à deux sénateurs, ainsi qu’à des médias américains, une semaine après les attentats du 11 Septembre.

En Sibérie, au début du mois de juillet, ce sont d’abord neuf éleveurs nomades de la région peu peuplée de Iamalo-Nénétsie, à environ 2000 kilomètres au nord-est de Moscou, qui ont été contaminés par des bactéries provenant d’une carcasse de renne dégelée, jusque-là prise par les glaces depuis des dizaines d’années. En effet, les derniers cas d’anthrax dans la région remontaient à 75 ans. Dans le courant du mois, les contaminations ont augmenté. Les troupeaux de rennes de la région, qui compte 250 000 animaux, sont eux aussi lourdement touchés. Ainsi, depuis dix jours, au moins 2400 rennes ont été tués, un enfant est décédé et 72 personnes (dont 41 enfants) ont été hospitalisées, rapporte le Siberian Times. La région, dont la superficie fait plus d’une fois la taille de la France, a donc été placée en quarantaine par les autorités. Des militaires sont arrivés sur place pour décontaminer la zone et détruire les cadavres d’animaux contaminés.

En outre, comme l’explique cet article des Echos, avec le réchauffement climatique, ces sols éternellement gelés, qui s’étendent sur la zone arctique de l’Alaska aux confins orientaux de la Sibérie, libèrent des bactéries que les systèmes des êtres vivants n’ont pas ou plus l’habitude de combattre. (..)

Lire la suite : Sibérie : des rennes décimés par une épidémie d’anthrax, toute une région en quarantaine – Libération

Should we wipe mosquitoes off the face of the Earth?

Should we wipe mosquitoes off the face of the Earth?

Even before the Zika virus, mosquitoes were the deadliest creatures on the planet. But gene modification means these blood suckers’ days might be numbered. Is it dangerous to talk about ‘editing nature’, or should we consider eradicating them for good?

When an Aedes aegypti mosquito bites you, she – because only the females, which need blood as nutrients for their offspring, bite – will probe your skin with her proboscis as many as 20 times. Two pairs of sharp cutting edges, the fascicle, break the skin and then search for a blood vessel, withdrawing and re-entering until a suitable target is found. When the blood starts to flow, a salivary tube delivers a protein that stops it clotting. The mosquito holds still and then begins to suck; in 90 seconds’ time, she feels full, and stops. And then, if you are in parts of South and Central America and bang out of luck, you will have Zika.

It’s a horrible idea, and one that will draw shudders from anyone who has ever been bitten by a mosquito – which is to say, just about everyone. In the entire animal kingdom, the mosquito occupies a special place as receptacle for our hatred and disgust. Even the great and generous EO Wilson, author of the touchstone argument for preserving biodiversity, The Creation: An Appeal to Save Life on Earth, makes an exception for anopheles gambiae, which spreads malaria in Africa. “Keep their DNA for future research,” he writes, “and let them go.”

When Wilson thus hardens his heart, he speaks for us all. Where we revere and anthropomorphise such brutal predators as sharks, tigers and bears, we view these tiny ectoparasites as worthless, an evolutionary accident with no redeeming or adorable characteristics. No one ever had a cuddly mosquito. Thanks to malaria, they have probably helped to kill more than half of all humans ever to have lived. Today, according to the Gates foundation, the diseases they carry kill about 725,000 people a year, 600,000 of them victims of malaria. They are, as such, the only creature responsible for the deaths of more humans than humans themselves; we only manage to kill about 475,000 a year. This deadly work is carried out all over the planet: mosquitoes are found on every continent except Antarctica. And now there is Zika, which can lead to microcephaly and its associated physical deformities in unborn children, and for which there is no vaccine. This new horror has prompted fresh attention to the vexed question of how to defeat them. And that consideration leads to an unsentimental thought that we would entertain about no other creature: can’t we wipe them off the face of the Earth?

“I don’t think most people would have any qualms about totally eliminating them,” says Professor Hilary Ranson, head of vector biology at the Liverpool School of Tropical Medicine. “I spend most of my time trying to keep them alive and study them, but that’s in order to try to kill them. Ultimately I wouldn’t be too sentimental.” Professor Steve Lindsay, a public-health entomologist at the University of Durham agrees: “I have no problem with taking out the mosquito.”

In reality, as Lindsay and Ranson are quick to point out, the total extinction of all mosquito species would be as senseless as it would be impossible. Of the 3,000 varieties on the planet, only 200 or so bite us; only Aedes aegypti, and perhaps the more common Culex quinquefasciatus, are thought to carry Zika. Besides, as Jules Pretty, professor of environment and society at the University of Essex, points out: “In lots of environments, especially the Arctic north, where their abundance is utterly dispiriting, they are a vital source of food for animals higher up the food chain.” A total mosquito apocalypse would be a catastrophe. (…)

Lire la suite : Should we wipe mosquitoes off the face of the Earth? | Global | The Guardian

L’inactivité physique coûte 89 milliards $ par année

L’inactivité physique coûte 89 milliards $ par année

Les problèmes de santé dus au manque d’activité physique quotidien ont représenté un coût de 89 milliards de dollars CAN en 2013 dans le monde, soit plus que le PIB d’un pays comme le Costa Rica, selon une étude publiée récemment.

Ce total se répartit en 71 milliards dollars de dépenses de santé et 18 milliards de dollars de perte de productivité, selon ces travaux parus dans la revue médicale britannique The Lancet.

Cette étude, qui porte sur 142 pays représentant 93% de la population mondiale, est la première à chiffrer le coût de la «pandémie» de sédentarité. Elle fait partie d’une série d’articles publiés par le journal médical à la veille de l’ouverture des Jeux olympiques à Rio, le 5 août.

Le coût réel pourrait être encore plus élevé, avertissent les auteurs car leur évaluation inclut uniquement les cinq grandes maladies associées à l’inactivité physique: maladie coronarienne, AVC, diabète de type 2 (le plus fréquent), cancer du sein et du côlon.

La sédentarité est associée à plus de cinq millions de décès dans le monde chaque année, note la revue.

Les pays riches supportent en proportion une plus large part du fardeau financier de l’inactivité (80,8% des coûts de soins de santé et 60,4% des coûts indirects). Pour les pays à revenu faible et moyen, le coût s’exprime principalement en termes de maladies et de morts prématurées.

Ces pays se développant, si la sédentarité continue à augmenter, le fardeau financier augmentera aussi pour eux, souligne Melody Ding de l’Université de Sydney, qui a dirigé la recherche.

 

Lire la suite : L’inactivité physique coûte 89 milliards $ par année | Brigitte CASTELNAU | Santé

Being Unfit May Be Almost as Bad for You as Smoking 

Being Unfit May Be Almost as Bad for You as Smoking 

Poor physical fitness may be second only to smoking as a risk factor for premature death.

Being out of shape could be more harmful to health and longevity than most people expect, according to a new, long-term study of middle-aged men. The study finds that poor physical fitness may be second only to smoking as a risk factor for premature death.

It is not news that aerobic capacity can influence lifespan. Many past epidemiological studies have found that people with low physical fitness tend to be at high risk of premature death. Conversely, people with robust aerobic capacity are likely to have long lives.

But most of those studies followed people for about 10 to 20 years, which is a lengthy period of time for science but nowhere near most of our actual lifespans. Some of those studies also enrolled people who already were elderly or infirm, making it difficult to extrapolate the findings to younger, healthier people.

So for the new study, which was published this week in the European Journal of Preventive Cardiology, researchers from the University of Gothenburg in Sweden and other institutions turned to an impressively large and long-term database of information about Swedish men.

The data set, prosaically named the Study of Men Born in 1913, involved exactly that. In 1963, almost 1,000 healthy 50-year-old men in Gothenburg who had been born in 1913 agreed to be studied for the rest of their lives, in order to help scientists better understand lifetime risks for disease, especially heart disease.

The men completed baseline health testing in 1963, including measures of their blood pressure, weight and cholesterol, and whether they exercised and smoked. Four years later, when the volunteers were 54, some underwent more extensive testing, including an exercise stress test designed to precisely determine their maximum aerobic capacity, or VO2 max. Using the results, the scientists developed a mathematical formula that allowed them to estimate the aerobic capacity of the rest of the participants.

Aerobic capacity is an interesting measure for scientists to study, because it is affected by both genetics and lifestyle. Some portion of our VO2 max is innate; we inherit it from our parents. But much of our endurance capacity is determined by our lifestyle. Being sedentary lowers VO2 max, as does being overweight. Exercise raises it. (..)

Lire la suite : Being Unfit May Be Almost as Bad for You as Smoking – The New York Times

«Chez les terroristes islamistes, il y a très peu de malades mentaux avérés» 

«Chez les terroristes islamistes, il y a très peu de malades mentaux avérés» 

Le docteur Daniel Zagury, psychiatre et psychanalyste,est expert auprès de la cour d’appel. Et il a été amené à rencontrer de nombreux tueurs en série. Il estime qu’on ne peut pas parler de profil type de tueurs. Mais qu’on repère parmi eux des processus psychiques similaires de radicalisation.

Mohamed Lahouaiej Bouhlel renvoie-t-il à un portrait clinique type ?

On ne peut pas faire un portrait clinique avec si peu d’éléments. La réponse ne peut s’inscrire que dans une démarche prudente.

Qu’a-t-on repéré et comment comprendre les choses ?

Aujourd’hui, l’un des problèmes est que la société, ou la conscience collective, est réticente à voir ces personnes sous l’angle unique de la psychiatrie. Et on peut le comprendre : quand il y a eu 84 morts, on ne va et on ne peut pas réduire la tragédie aux effets d’un divorce qui s’est mal passé, ou dire que tout cela tient à la maladie mentale de l’auteur. Ce qui se passe dans le monde n’est pas réductible à un regard psychiatrique.

Mais que pouvez-vous dire ?

Il y a une confusion entre ce qui est de l’ordre de l’authentique maladie mentale, du trouble de la personnalité, et ce qui est de l’ordre de la singularité de la personne. Ce que l’on sait à peu près, c’est que dans le paysage des terroristes islamistes aujourd’hui, il y a très peu de malades mentaux avérés, de délirants qui ont commis des actes en rapport déterminant avec leur maladie. Pour autant, à l’autre bout de la chaîne, il y a peu de sujets bien équilibrés, solidement structurés, parfaits petits soldats de l’organisation. On observe surtout un vaste champ de personnalités, sans que l’on puisse parler de profil type, mais avec des processus qui, eux, sont régulièrement repérés. Il y a des déséquilibrés psychopathes, des toxicos, des alcooliques, des impulsifs, mais aussi des instables en rupture, ayant commis des actes de délinquance ou qui sont dans une errance existentielle. Cela fait une sorte de marais de sujets qui ont effectué, dans la première partie de leur existence, des actes transgressifs et mené une vie délinquante pas particulièrement marquée du sceau de la religion. C’est là qu’interviennent les processus transformatifs.

C’est-à-dire ?

On était habitué à un processus de radicalisation renvoyant à un circuit long, avec cette question centrale : comment un petit voyou va se transformer en bombe humaine prête à sacrifier sa vie pour rentrer dans l’histoire ? Ce circuit long est varié, il peut être balisé par des rencontres physiques, mais aussi passer simplement par Internet, dans un mouvement d’autoradicalisation. La personne va ainsi basculer dans un univers sectaire, de croyances et de convictions, et pour lui, quitte à surprendre, c’est un monde totalitaire, mais apaisant et rassurant. Son entourage va même noter qu’il va mieux. Ne s’inscrit-il pas dans un système qui va donner du sens à sa vie et donc à sa mort, au point que son individualité va se dissoudre complètement dans le collectif ? Cela implique un deuil de soi, de son passé, et un investissement idéalisé d’un futur purifié. Mais là, nous évoquons un circuit long, d’étape en étape, de renoncement en renoncement, et d’investissement en investissement vers un nouvel horizon circonscrit dans un système totalitaire. Car finalement tous vont dire les mêmes choses, évoquer les mêmes sourates, user de la même ironie, comme clonés. La mort n’est plus un sacrifice mais appelée de mille vœux.

Et puis il y a le circuit court…

Oui, comme avec Mohammed Lahouaiej Bouhlel, semble-t-il, ou comme avec d’autres où l’on voit que, dans un moment de crise existentielle, le sujet va basculer en quelques semaines. Cela peut naître à la faveur d’un conflit personnel, familial, professionnel, ou dans un moment de bascule existentielle. Ce circuit court interroge. D’autres l’ont évoqué, il y a sans doute eu auparavant une sorte de préradicalisation : il bascule certes, mais il était déjà sympathisant, fasciné. Là, dans le cas de Nice, il a semble-t-il cherché depuis des mois des vidéos de décapitations sur Internet. Ce n’est pas rien et pas sans effet. Dans un premier moment, ces vidéos vont provoquer le dégoût, puis il va y avoir un processus d’habituation. Le sujet va les regarder avec indifférence, se blinder, d’autant que les victimes sont vues comme des «chiens d’infidèles». Il va se forger une carapace et, à un stade de plus, il va se projeter dans la scène, et ce n’est pas au décapité qu’il va s’identifier, mais au bourreau. Il va devenir un surhomme, un Übermensch, un «surmusulman» qui terrasse les mécréants. Il va éprouver la toute-puissance de celui qui est débarrassé de tout sentiment humain. Il est indifférent à la souffrance de l’autre, mais il bascule aussi dans une inversion perverse des valeurs. Le Mal absolu, quand il concerne les autres, devient un Bien suprême. La cruauté est le signe de sa grandeur. Foncer avec un camion et renverser une foule avec des femmes et des enfants, tout cela participe alors d’une jouissance en apothéose, anticipée et désirée. C’est le travail de prématuration qui permet de parler de circuit court de radicalisation. Cela peut inquiéter : Daech a lancé au monde entier des incitations, des exhortations, en sachant qu’elles pourront être reprises par des sujets fragiles. (…)

Lire la suite de l’entretien : «Chez les terroristes islamistes, il y a très peu de malades mentaux avérés» – Libération

Agriculture : et si on produisait plus avec moins de pesticides et d’engrais

Agriculture : et si on produisait plus avec moins de pesticides et d’engrais

Les travaux en plein champ du Centre d’études biologiques de Chizé (Deux-Sèvres) ont donné cette année des résultats inattendus. Explications.

Ils étaient près de quatre-vingts à avoir fait le déplacement. Quatre-vingts agriculteurs – céréaliers, éleveurs, apiculteurs – rassemblés, samedi 18 juin, au Centre d’études ­biologiques de Chizé (CEBC, CNRS-université de La Rochelle), dans les Deux-Sèvres.

Ils étaient venus assister à la restitution annuelle des résultats du laboratoire. Silence attentif dans la salle de conférences de l’unité de recherche, installée au cœur de la forêt de Chizé. Ecoute attentive mais aussi étonnée, car Vincent Bretagnolle (CNRS) présente cette année un résultat stupéfiant.

Le rendement économique des céréaliers peut être substantiellement augmenté – jusqu’à 200 euros par hectare de blé ! – en divisant par deux la quantité d’herbicides et d’engrais azotés épandus. La première question qui vient à l’esprit est : en les remplaçant par quoi ? « En les remplaçant par rien du tout », ­répond le chercheur.

Si les agriculteurs se déplacent chaque année aussi nombreux pour assister à la grand-messe du Centre d’études biologiques de Chizé, c’est aussi qu’ils sont, en quelque sorte, coauteurs des résultats présentés. Sans eux, rien ou presque ne serait possible.

« La zone atelier Plaine et Val de Sèvre sur laquelle nous travaillons fait 450 kilomètres carrés, et recouvre plus de 400 exploitations agricoles, plus de 15 000 parcelles, explique Vincent Bretagnolle, le directeur de la zone atelier. Nous pouvons ainsi faire de l’expérimentation à l’échelle d’un territoire, manipuler les paysages pour explorer les relations entre la biodiversité et les activités agricoles, mais nous ne pouvons le faire qu’avec le concours des agriculteurs. »

Cette participation à la recherche est enthousiaste et désintéressée. A chaque fois que les exploitants sont sollicités et qu’un surcroît de travail leur est demandé pour apporter leur concours à une ­expérience, un dédommagement financier leur est proposé. Mais dans l’écrasante majorité des cas, ils le déclinent.

La zone atelier est un vaste damier sur lequel les chercheurs déplacent ainsi des pions : installer une prairie ici, retarder la fauche de la luzerne là, épandre plus d’azote ici et moins d’herbicides ailleurs… Et voir comment environnement et production agricole coréagissent. (..)

Lire la suite : Agriculture : et si on produisait plus avec moins de pesticides et d’engrais

Algues vertes en Bretagne : des vérités qui dérangent 

Algues vertes en Bretagne : des vérités qui dérangent 

Les algues vertes : une pollution qui infeste les plages de Bretagne depuis un demi-siècle. Ultra-toxique, elle fait fuir les touristes et a déjà tué. C’est le résultat de plusieurs décennies d’aveuglement des pouvoirs publics face à un phénomène qui oppose tenants de l’agriculture intensive et défenseurs de l’environnement.

On continue de ramasser chaque année 50.000 tonnes d’algues vertes en Bretagne. Le déficit pour la région et pour le tourisme est estimé à plus d’un milliard d’euros. Mais au-delà du coût économique, ces algues peuvent poser un risque majeur pour la santé publique : quand elles pourrissent, et ce dans un délai de quarante-huit heures, elles développent un gaz ultra toxique, de l’hydrogène sulfuré, qui peut tuer comme du cyanure, en quelques secondes.

Vincent Petit en a fait l’expérience en juillet 2009 sur la plage de Saint-Michel-en-Grève dans les Côtes d’Armor alors qu’il se promenait à cheval : « Après avoir mis pied à terre, je m’enfonce tout d’un coup dans une vasière restée invisible, et ce jusqu’aux genoux. Idem pour mon cheval qui met les antérieurs dans la vase » raconte le cavalier. En quelques instants, il fait un arrêt respiratoire. « A partir de là je vous garantis que ce fut le rideau noir, je n’ai plus aucun souvenir de comment ils s’y sont pris pour me sortir de là, me ranimer et me mettre dans une ambulance » précise Vincent Petit.

A l’hôpital, le cavalier est suivi par un médecin urgentiste Pierre Philippe. Ce dernier a déjà rencontré plusieurs cas similaires d’intoxication. Il alerte même sur ce danger depuis vingt ans mais personne ne veut l’écouter. (…)

Lire la suite : Algues vertes en Bretagne : des vérités qui dérangent | France info