Selon les chercheurs, ce phénomène est lié à « une augmentation des comportements sexuels à risque » et à un moindre recours au préservatif.

L’infection par le virus du sida (VIH) se maintient à un niveau élevé en France chez les homosexuels, qui sont aussi la population la plus touchée par l’explosion des infections sexuellement transmissibles (IST), selon des chiffres de l’Agence nationale de santé publique rendus publics mardi 28 novembre.

En 2015, sur les quelque 6 000 découvertes de séropositivité, 2 600 concernaient des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, soit 43 % de l’ensemble des nouveaux cas, contre 54 % chez les hétérosexuels, principalement nés en Afrique subsaharienne et dont bon nombre avaient été infectés en France.

Lire aussi :   En France, viol et VIH vont souvent de pair pour les migrantes africaines

Pour désigner les hommes qui ont des relations sexuelles uniquement avec des hommes ou avec des hommes et des femmes, sans tenir compte de la définition qu’ils font de leur orientation sexuelle, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a retenu le sigle HSH – pour homme ayant des rapports sexuels avec des hommes.

L’agence sanitaire relève :

« Le nombre de découvertes de séropositivité ne diminue toujours pas chez les HSH, contrairement à ce que l’on observe chez les hétérosexuels, hommes ou femmes, qu’ils soient nés en France ou à l’étranger. »

En outre, la progression des IST a été particulièrement nette chez les HSH : hausse de 100 % des infections par le gonocoque, de 56 % des syphilis précoces et de 47 % des infections bactériennes rectales dites « LGV » (pour lymphogranulomatoses vénériennes, dues à une chlamydia) entre 2013 et 2015. Plus de 80 % des syphilis et près de 70 % des gonococcies diagnostiquées en 2015 dans les structures spécialisées ainsi que la quasi-totalité des LGV touchaient les HSH, précise encore l’agence.

Lire aussi :   Sur le VIH, de nouvelles statistiques plus alarmantes que les chiffres officiels

Progrès sur la précocité des diagnostics

Selon les chercheurs, cette explosion des infections est liée à « une augmentation des comportements sexuels à risque » et à une moindre utilisation du préservatif. Même s’il reste très fortement recommandé, il n’est plus « le seul outil de prévention », relèvent-ils. Le traitement préventif du sida, également appelé prophylaxie préexposition (PrEP) peut ainsi être prescrit à l’hôpital depuis la fin de 2015 aux HSH à risque élevé d’être infectés. Mais ce traitement, contrairement au préservatif, ne protège pas contre des IST comme la syphilis par exemple. (..)

 

Lire la suite : L’agence de santé publique met en garde contre l’explosion des infections sexuelles en France Le Monde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s