Un enfant mort. Des dizaines de personnes hospitalisées. Une population mise en quarantaine. Des troupeaux de rennes décimés… Que se passe-t-il dans le Grand Nord russe ?

Cette année, l’été est particulièrement chaud en Sibérie. Les températures moyennes avoisinent les 35 degrés – contre 17 habituellement à la même saison. Résultat, une couche de terre, le pergélisol, censé être gelé en permanence, est en train de dégeler. Les conséquences sont inquiétantes. Car en se réchauffant, la terre libère une bactérie destructrice, la Bacillius anthracis, autrement dit, l’anthrax, une infection aiguë qui touche aussi bien l’animal que l’homme – c’est aussi une arme bactériologique, qui a été particulièrement médiatisée après l’envoi d’enveloppes contaminées à deux sénateurs, ainsi qu’à des médias américains, une semaine après les attentats du 11 Septembre.

En Sibérie, au début du mois de juillet, ce sont d’abord neuf éleveurs nomades de la région peu peuplée de Iamalo-Nénétsie, à environ 2000 kilomètres au nord-est de Moscou, qui ont été contaminés par des bactéries provenant d’une carcasse de renne dégelée, jusque-là prise par les glaces depuis des dizaines d’années. En effet, les derniers cas d’anthrax dans la région remontaient à 75 ans. Dans le courant du mois, les contaminations ont augmenté. Les troupeaux de rennes de la région, qui compte 250 000 animaux, sont eux aussi lourdement touchés. Ainsi, depuis dix jours, au moins 2400 rennes ont été tués, un enfant est décédé et 72 personnes (dont 41 enfants) ont été hospitalisées, rapporte le Siberian Times. La région, dont la superficie fait plus d’une fois la taille de la France, a donc été placée en quarantaine par les autorités. Des militaires sont arrivés sur place pour décontaminer la zone et détruire les cadavres d’animaux contaminés.

En outre, comme l’explique cet article des Echos, avec le réchauffement climatique, ces sols éternellement gelés, qui s’étendent sur la zone arctique de l’Alaska aux confins orientaux de la Sibérie, libèrent des bactéries que les systèmes des êtres vivants n’ont pas ou plus l’habitude de combattre. (..)

Lire la suite : Sibérie : des rennes décimés par une épidémie d’anthrax, toute une région en quarantaine – Libération

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s