Galettes de riz, smoothies, céréales 0%… autant d’aliments au contenu apparemment innocent dont il faudrait se méfier. On fait le point.

Les galettes de riz

Il est fort possible que l’innocente galette traîne dans une poche de votre sac ou dans un tiroir de bureau pour assouvir sainement la faim de 16 heures. Au risque de décevoir ses adeptes, du côté des diététiciens nutritionnistes, la galette de riz ne remporte pas le même succès. « Le procédé de fabrication du riz soufflé, le popping, augmente l’index glycémique de l’aliment. Plus sucré, il entraîne une hausse de la glycémie qui, au moment de redescendre, provoque des fringales », explique Florence Foucaut (1), diététicienne nutritionniste. Inutile de parler de celles qui contiennent une fine couche de chocolat. Quid des galettes de riz complet ? « L’index glycémique sera moins élevé mais toujours plus élevé qu’un pain complet par exemple », ajoute la professionnelle.

Les smoothies

La boisson est devenue l’accessoire santé par excellence, la parure obligatoire de tout gourou du bien-être qui se respecte. Multitude de fruits et lait végétal, que demander de plus pour caresser le corps dans le sens du poil ? Oui… mais non. En avril, lors d’une émission culinaire flamande, des nutritionnistes avaient tiré la sonnette d’alarme après avoir analysé la composition d’un smoothie, dont le taux de sucre explosait tous les scores. De quoi rappeler que les smoothies contiennent des fruits et donc du sucre. Même s’ils sont naturels, ils réagissent de la même façon une fois absorbés par le corps. Et c’est ainsi que l’on peut se retrouver à siroter un smoothie aussi sucré qu’un soda.

L’astuce pour s’assurer des smoothies sains ? Mélanger fruits et légumes. « Ces derniers sont moins sucrés que les fruits, leurs fibres ralentissent le passage du sucre dans le sang et ils apportent du volume à la boisson », conseillait Raphaël Gruman. En pratique, on privilégie les fruits à index glycémique bas (les pommes, poires, kiwis, les fruits riches en eau comme le melon et la pastèque et les fruits rouges sauf les cerises). Et on mélange avec du cèleri branche ou du concombre.

Les jus de fruits pressés maison

Ils resteront toujours meilleurs pour la santé que les jus industriels car moins sucrés, on vous le concède. Mais pour bien faire, il faudrait aller jusqu’à les préférer en compotes ou en morceaux. Et ce pour une raison simple : « Les fibres et la pulpe se trouvent dans la peau et la pulpe. Une fois les fruits pressés, il ne reste que le sucre, ce qui augmente la glycémie. De plus, on se prive de la mastication, qui participe au processus de satiété », nous expliquait en 2015 le médecin nutritionniste Corinne Chicheportiche-Ayache.

Lire la suite : Ces aliments que l’on croit sains mais qui ne le sont pas… tant que ça | Le Figaro Madame

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s