Pratiquer une activité sportive quatre heures après avoir fait un effort d’apprentissage améliore les performances de la mémoire, révèle une étude. Doper la mémoire en pédalant : en cette période de révisions intenses, les ­futurs bacheliers pourraient tirer profit d’une étude conduite par une équipe de l’université Radboud de Nimègue (Pays-Bas), selon laquelle, pour intégrer des ­connaissances et les retenir plus facilement, il serait utile de faire de l’exercice physique quelques heures après avoir fait fonctionner ses capacités cérébrales.

Pour aboutir à cette conclusion, présentée dans Current Biology le 16 juin, les chercheurs – qui avaient déjà étudié les bienfaits d’un sommeil de qualité sur la mémorisation – ont testé trois groupes de 24 participants en deux temps. Tous se sont d’abord livrés à un même exercice mental : ils avaient quarante minutes pour retenir 90 associations d’images et de lieux. Puis les membres du premier groupe ont dû immédiatement pédaler intensément sur des vélos d’appartement ; ceux du deuxième attendaient quatre heures avant de se livrer à cet exercice ; et ceux du troisième groupe en étaient dispensés.

« Les programmes scolaires ­devraient combiner activité ­cognitive intense le matin et après-midi d’activité physique. Le sport a un double effet : il facilite la consolidation des acquis tout en luttant contre le surmenage. »

Deux jours plus tard, tous les participants sont revenus passer une IRM cérébrale, durant laquelle ils devaient restituer l’apprentissage de l’avant-veille. Les chercheurs ont remarqué que le niveau d’activité de la région hippocampique, essentielle à la mémoire, était ­supérieur, chez les personnes qui avaient fait du sport quatre heures après l’apprentissage, à ce qu’il était chez les autres. Par ailleurs, les ­sujets de ce même groupe avaient une proportion de bonnes réponses plus élevée que la moyenne.

Selon les chercheurs, la pratique sportive aurait pour conséquence une libération plus importante de neuromodulateurs tels que la dopamine ou la noradrénaline. Ces substances sont constitutives du processus de codage cognitif, grâce auquel nous intégrons de nouveaux souvenirs, et prennent donc part au processus de consolidation mémorielle. Les chercheurs n’expliquent cependant pas pourquoi l’exercice physique immédiat n’a pas cette vertu, et veulent étendre l’étude pour déterminer la période optimale d’exercice physique.

Lire la suite : Du sport quatre heures après aide à mémoriser les connaissances

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s