L’organisation des soins et les technologies médicales auraient pu empêcher la mort prématurée de près de 600 000 personnes dans l’UE en 2013.

Un grand nombre de morts prématurées auraient pu être évitées en Europe, compte-tenu des connaissances et des technologies médicales actuelles : 577 500 exactement en 2013, soit près d’un tiers de la population de moins de 75 ans. C’est l’un des enseignements d’une étude publiée mardi 24 mai par Eurostat, l’organisme européen de statistiques. Certains décès, en particulier les crises cardiaques et accidents cardiovasculaires, n’auraient ainsi pas lieu à ce niveau « si des soins de santé efficaces et prodigués à temps étaient en place ».

Une bonne nouvelle toutefois dans ce décompte assez macabre : la France s’en sort particulièrement bien. Avec « seulement » 23,8 % de décès évitables, elle est en première position des vingt-huit membres de l’Union européenne (qui enregistrent une moyenne de 33,7 % de morts évitables). Cette mesure qui « fournit un indicateur sur la qualité et la performance des politiques de santé », selon Eurostat, s’explique par une bonne prise en charge des crises cardiaques, qui ne représentent que 6 % des décès en France (le plus bas taux en Europe, où la moyenne est de 13 %), et des AVC (5,7 %, également le plus bas taux contre une moyenne de 8,7 %). En revanche, le taux de décès évitables est bien supérieur en Europe de l’Est.

Lire la suite : Grâce à son système de santé, la France première dans la lutte contre les « décès évitables » en Europe

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s