Cet automne, trop beau et trop chaud pour durer

La conjonction exceptionnelle de facteurs météorologiques ne peut pas seule expliquer cet interminable été indien. (..) 

La conjonction exceptionnelle de facteurs météorologiques favorables ces jours-ci ne peut pas tout expliquer. L’anticyclone européen, la vaste dépression sur le flanc irlandais et le vortex d’air chaud soufflé depuis les déserts africains posent des conditions hors normes.
Mais par-delà ce constat, il est évident désormais, que les repères saisonniers bougent, acréditant la thèse d’un réchauffement général et installé.

Les vagues de chaleurs automnales se sont multipliées ces vingt dernières années. Leur fréquence s’est resserrée tandis que leur amplitude, globalement, tend à s’étirer. Liées aux caprices de la météo, de multiples professions en dressent le constat. Travaux agricoles, chantiers de construction, les calendriers se décalent. Mais pouvait-on imaginer qu’il deviendrait impossible de brasser la bière d’hiver en octobre (lire ci-dessous) ?

Disposant d’archives centenaires, le brasseur, Castillon (Gueuse, Kriek, ..) lanceur d’alerte voit se dessiner, saison après saison, d’inquiétantes courbes. La nature elle-même est contrainte de s’adapter. Et le phénomène est planétaire. A New York, hier, il faisait encore plus de 23°C.

Sourced through Scoop.it from: www.lanouvellerepublique.fr

See on Scoop.itHealth & environment

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s