Mordue 180 000 fois par des punaises au nom de la science

Regine Gries fait partie d’un groupe de biologistes et de chimistes de la Simon Fraser University (Burnaby, Colombie-Britannique), qui, sous la direction de son époux Gerhard Gries, spécialiste de la communication entre insectes, vient de publier, dans Angewandte Chemie International Edition, une étude 
mettant fin à l’agaçante énigme du regroupement des punaises. Pour comprendre l’histoire, il faut savoir que Cimex lectularius, en photo ci-contre, se nourrit de sang humain qu’il vient de préférence pomper lorsque vous êtes au lit, d’où son nom. On a, au siècle dernier, cru que l’utilisation des insecticides allait nous en débarrasser mais, depuis une quinzaine d’années, l’insecte fait son grand retour. On se souvient de ces articles narrant en 2012 son apparition dans un hôtel de luxe new-yorkais. Aux Etats-Unis, pendant la première décennie de notre siècle, le nombre de cas de morsures par des punaises de lit ayant nécessité une consultation aux urgences est passé de 21 par an en 2001 à… 15 945 en 2010 ! Ce come-back est probablement dû à une conjonction de facteurs, l’interdiction de certains insecticides, la résistance de la bébête aux molécules censées la tuer et la multiplication des échanges internationaux.

Source: passeurdesciences.blog.lemonde.fr

See on Scoop.itHealth & environment

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s