A New York, la dictature de la beauté

Laser, injections, et autres opérations… A Manhattan, pas question de se laisser aller. Rester belle et jeune, c’est affirmer sa position sociale. (..)  « Avant la crise économique, lesgens voulaient en avoir pour leur argent,raconte Emily Dougherty. On n’hésitait pas à mesurer son statut social au degré de blancheur de sa dentition. Il était inconcevable d’avoir les cheveux défaits. Même la taille des pores de la peau était jugée comme un critère de perfection. Il fallait qu’ils soient petits et resserrés. Et puis la récession a tout changé. Les gens en ont eu assez de l’uniformisation des standards esthétiques. »

Leurs revenus ayant brusquement chuté, certaines New-Yorkaises ont dû fairedes économies sur le budget qu’elles réservaient à leur apparence. « Et celles qui avaient toujours les moyens de faire des injections ont eu envie de faire preuve de plus de discrétion », explique le Dr Adam Geyer, un dermatologue installé dans le sud de Manhattan. Résultat : la quantité d’acide hyaluronique utilisé pour injecter la lèvre supérieure suffit désormais au visage tout entier.« L’idée est d’utiliser de minuscules quantités de produits sur des points stratégiques afin que le patient perçoive une différence sans que son entourage ne se rende compte de quoi que ce soit »

Source: www.lemonde.fr

See on Scoop.itHealth & environment

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s