Compléments alimentaires : pas de risque zéro

Du pollen contre la chute des cheveux en automne, de la vitamine C pour affronter l’hiver, une cure de bêta-carotène pour mieux bronzer l’été: les compléments alimentaires ont intégré nos habitudes de vie moderne. Au point qu’en France, un adulte sur cinq et un enfant sur dix en ont consommé au moins une fois dans l’année (étude Inca 2, 2007).

Considérés comme anodins, ces produits ne sont pourtant pas inertes et peuvent, dans certaines circonstances, présenter un risque pour le consommateur. Pour cette raison, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) mène depuis plus de trois ans une surveillance a posteriori des effets indésirables associés à un panel de produits non-médicamenteux: vitamines, extraits de plantes, aliments enrichis (type boissons énergisantes ou beurre «anticholestérol») et aliments destinés à un profil spécifique (prématurés, personnes âgées, sportifs).

Ce dispositif de «nutrivigilance» a permis de récolter plus de 1500 signalements d’effets indésirables, la moitié en provenance des producteurs industriels, l’autre de professionnels de santé

Source: sante.lefigaro.fr

See on Scoop.itHealth & environment

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s