Une myopathie traitée par des antioxydants

Un traitement expérimenté à Montpellier permet de contrer la dégradation des muscles de malades de la myopathie FSH.

«C’est un progrès très important, qui donne aux malades l’espoir de freiner la progression de la maladie en attendant un traitement plus complet des dysfonctionnements qui provoquent la dégradation des muscles», estime la professeur Alexandra Belayew de l’université de Mons en Belgique, qui a découvert le mécanisme génétique à l’origine de la myopathie FSH. La maladie est en fait causée par l’activation anormale du gène DUX4, qui joue le rôle d’un «chef d’orchestre fou» en provoquant une surabondance de radicaux libres, des molécules oxydantes, qui entraînent la destruction des protéines dans les muscles. Les radicaux libres sont des molécules très actives, capables de réagir avec un grand nombre de constituants à l’intérieur des cellules, et donc d’en perturber le fonctionnement lorsque leur présence n’est plus contrôlée par des mécanismes cellulaires adéquats.

Source: sante.lefigaro.fr

See on Scoop.itHealth & environment

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s