Rien ne vaut le sport pour garder un cerveau jeune

Un homme fait du ping-pong dans le cadre d'un programme destiné aux malades atteints d'Alzheimer en Californie.
Un homme fait du ping-pong dans le cadre d’un programme destiné aux malades atteints d’Alzheimer en Californie. © Lucy Nicholson / Reuters

Avec l’âge, le cerveau vieillit, s’atrophie. Contre toute attente, la gymnastique cérébrale comme moyen de prévention s’avère moins efficace que l’activité physique.

Prévention du cancer du sein ou du côlon, de la dépression, du diabète: l’activité physique est parée de nombreuses vertus. Des bénéfices sur le vieillissement cérébral ayant été suggérés, Alan Gow, docteur en psychologie à l’université d’Edimbourg (Écosse), a voulu les mesurer. Trois ans après avoir interrogé près de 700 septuagénaires nés en 1936 sur leurs habitudes de vie, lui et son équipe leur ont fait passer une IRM cérébrale. Résultat: celles qui présentaient le moins de signes anatomiques de vieillissement étaient celles qui avaient déclaré le plus d’activité physique.

Ces signes anatomiques (atrophie cérébrale, lésions de la substance blanche) ont des conséquences fonctionnelles: ils sont connus pour être associés à de moindres performances cognitives. À l’inverse, l’étude publiée dans Neurology ne montre aucun effet préventif des autres activités de loisir comme les activités sociales ou intellectuelles. Donc adieu bridge et mots croisés: à 70 ans, mieux vaut lacer ses chaussures et partir en randonnée.

Toujours vrai à 90 ans

Comment l’activité physique limite-t-elle le vieillissement cérébral? Si le travail du Dr Gow ne permet pas de le déterminer, il suggère cependant que c’est en stimulant le système cardio-vasculaire que l’on protège son cerveau. En effet, dans l’étude écossaise, les bénéfices de l’activité physique à l’imagerie cérébrale sont moins clairs chez les personnes hypertendues.

Et le lien entre activité physique et santé cérébrale semble perdurer jusqu’à l’âge de 90 ans. C’est ce que montre une autre étude, celle de l’équipe de Szofia Bullain, de l’université de Californie, parue dansArchives of Neurology. Chez les nonagénaires, plus les performances physiques sont importantes et plus faible est le risque de démence. Ceux qui ne peuvent plus marcher présentent ainsi 30 fois plus de risques de démence que ceux dont la vitesse de marche est la plus élevée. Même un déclin modeste (une baisse de la vitesse de marche de 1,5 seconde!) est associé à une hausse du risque de démence.

Les auteurs reconnaissent toutefois une limite à leurs travaux. En effet, ces études ne permettent pas de déterminer si l’activité physique est bien un facteur de prévention contre la démence, ou si la capacité d’être actif n’est que le marqueur d’un meilleur état de santé général.

EN SAVOIR PLUS:

» Tout sur la santé des seniors

LIRE AUSSI:

» DOSSIER SPÉCIAL – Bien vivre pour bien vieillir

» Comment ralentir le vieillissement musculaire

» Rester actif après la retraite prévient le vieillissement

» Famille et amis, cure de jouvence des seniors

via Rien ne vaut le sport pour garder un cerveau jeune | Actualité | LeFigaro.fr – Santé.

Publicités

4 réflexions sur “Rien ne vaut le sport pour garder un cerveau jeune

  1. Une pratique quotidienne, progressive (sans à coup) et douce …devrait vous permettre de voir disparaître ces courbatures, normalement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s